HERNIES INGUINALES

DÉFINITION :

 

Le pli de l’aine est un point de faiblesse de la paroi abdominale. On parle de hernie inguinale lorsque la hernie siège juste au-dessus du pli de l’aine. Il existe à ce niveau un écartement des muscles plus ou moins marqué qui ne sont alors reliés plus que par une fine « membrane », le fascia transversalis. C’est à cet endroit que se forme une hernie inguinale.

Chez l’individu de sexe masculin (25 % des hommes auront une hernie inguinale dans leur vie contre 3% pour les femmes), le fascia transversalis est affaibli par le passage du cordon spermatique (canal déférent, artère, veines) qui relie le testicule à l’intérieur de l’abdomen.

La hernie inguinale se développe soit en raison d’un affaiblissement du fascia transversalis (hernie directe, individu âgé), ou chez l’adulte jeune, voir l’enfant, lorsque la hernie suit le passage du cordon spermatique (ligament rond chez la femme) à travers le fascia transversalis (hernie indirecte). Les hernies inguinales peuvent aussi être mixtes.

Dans les deux cas, c’est une faiblesse des tissus qui est à l’origine de la hernie inguinale et leur traitement est pareil.

TRAITEMENT DES HERNIES INGUINALES:

 

Le traitement d’une hernie inguinale consiste à fermer l’orifice herniaire pour éviter une récidive. Pour ce faire, on dispose de plusieurs techniques que l’on peut schématiquement distinguer en deux procédés de base : les procédés de plastie (suture) et les procédés usant de prothèses synthétiques (filets).  

Les techniques de plastie appartiennent au passé et n’ont plus lieu d’être à de rares exceptions près dans la chirurgie du 21ème siècle en raison du taux élevé de récidive (10-30%).

Au contraire, les procédés usant de prothèses synthétiques (filets) consistent à obturer l’orifice hernaire par l’apposition d’un fin treillis souple et solide sans tension (procédé dit «tension-free »).

Le filet est non-résorbable, en polyester ou polypropylene et sera intégré entre ses mailles par le tissu humain, ce qui conférera à la cure une grande solidité.  La douleur post-opératoire immédiate est aussi beaucoup moins importante et le risque de récidive négligeable.

TECHNIQUES CHIRUGICALES:

 

Il existe différentes techniques usant des prothèses synthétiques. Le filet peut être placé soit à la face superficielle ou à la face profonde de la paroi musculaire.

 

  • Technique par abord antérieur :

 

Lorsque le filet est fixé sur la face superficielle de la paroi musculaire (voie ouverte, technique de Lichtenstein), le but est de refouler la hernie en profondeur, et de fixer le filet de manière à ce que la hernie ne ressorte pas. Cette technique est la plus répandue à travers le monde car est techniquement facilement réalisable et relativement bon marché. Cependant, le filet est au contact des nerfs sensitifs du canal inguinal et peut entraîner des douleurs chroniques invalidantes. De plus, les autres hernies possibles du pli de l’aine (hernie fémorale) ne sont pas traitées.

  • Technique coelioscopique (minimalement invasive) :

 

Lorsque le filet est placé (actuellement sous coelioscopie) au niveau de la face profonde du plan musculaire, dans l’espace compris entre les muscles et le péritoine (enveloppe des viscères), la prothèse exerce une pression uniforme sur les muscles et n’entre pas en contact avec les nerfs du canal inguinal contrairement à l’approche antérieure (Lichtenstein); de plus, la technique empêche le développement ultérieur de hernies rares du pli de l’aine, comme la hernie fémorale.

Actuellement la cure de hernie inguinale sous coelioscopie est le « gold standard » dans le traitement de la hernie inguinale pour autant que le chirurgien soit expérimenté.