HERNIES RARES

Les hernies traitées dans les chapitres précédents sont fréquentes. Il existe cependant 3 types de hernies beaucoup plus rares : les hernies fémorales, obturatrices et la hernie de Spiegel. Si la première est encore assez commune, en particulier chez la femme, les deux dernières sont rarissimes. Ce que ces hernies rares ont en commun, c’est que leur traitement est pareil, à savoir la cure de hernie du pli de l’aine sous coelioscopie, technique déjà décrite dans le chapitre « hernie inguinale ».

 

  • HERNIE FEMORALE:

 

Le hernie fémorale est une hernie qui est située en-dessous du pli de l’aine. Elles représentent 3% des hernies du pli de l’aine et s’extériorisent en longeant la veine fémorale à sa sortie du bassin. La hernie crurale est plus fréquente chez la femme en raison du bassin qui a été élargi par les grossesses. A la différence de la hernie inguinale classique, ce type de hernie s’extériorise par un orifice de petite taille. Elles sont souvent asymptomatiques ou se manifestent par des douleurs atypiques de la hanche irradiant dans la jambe. Leur diagnostic clinique et radiologique est difficile car petites et en profondeur. Elles sont malheureusement souvent découvertes en urgence à l’occasion d’un étranglement ou de l’incarcération d’un viscère dans la hernie.

  • HERNIE OBTURATRICE :

 

La hernie obturatrice est rare (<1%). Il s’agit d’une hernie pelvienne recouverte par le muscle pectiné qui la rend inaccessible à la palpation abdominale, d’où sa faible spécificité à l’examen clinique. Elle est le plus souvent diagnostiquée en urgence, alors qu’un viscère s’est engagé dans l’orifice herniaire, ce qui rend son traitement difficile. La hernie obturatrice est à l'origine de 0,2 à 1,6% des occlusions mécaniques de l'intestin grêle. L'examen tomodensitométrique (CT scan) semble être une aide majeure au diagnostic. Son traitement en l’absence d’étranglement est la cure hernie inguinale sous coelioscopie (TEP ou TAPP)

  • HERNIE DE SPIEGEL :

 

La hernie de Spiegel est rare et constitue < 1% des hernies de la paroi abdominale. Elle est sous ombilicale et latérale, et apparait au niveau d’une structure anatomique particulière de la paroi abdominale : la ligne de Spiegel. Il s’agit en quelque sorte d’une zone de faiblesse, d’un « espace vide » entre plusieurs muscles latéraux de la paroi abdominale.

La hernie de Spiegel peut contenir de l’épiploon, de l’intestin grêle ou du colon. Son diagnostic est radiologique et la chirurgie constitue son unique traitement.

 

 

  • TRAITEMENT DES HERNIES RARES :

 

Les 3 hernies décrites ci-dessus sont rares. Mais le développement du traitement des hernies inguinales sous coelioscopie a considérablement changé l’incidence de ces hernies rares, car plus fréquentes qu’on ne l’imagine. En effet, il n’est pas rare qu’une hernie fémorale, ou obturatrice, voir hernie de Spiegel, soit découverte fortuitement lors d’une cure de hernie inguinale sous coelioscopie. Le traitement d’une hernie inguinale sous coelioscopie permet de traiter ces 3 hernies rares dans le même temps opératoire, et sans matériel prothétique supplémentaire, ce qui n’est pas le cas par une approche antérieure, par incision inguinale. Ces hernies rares ne sont dès lors plus diagnostiquées à l’occasion d’un étranglement. Il est dès lors évident que l’approche coelioscopique dans le traitement des hernies inguinales doit être privilégié chaque fois que c’est possible. Le traitement chirurgical recommandé pour ces hernies rares est l’approche coelioscopique, et plus particulièrement pour les hernies fémorales et obturatrices.